Apple rĂ©vèle un risque pour la sĂ©curitĂ© de l’App Store : les magasins tiers pourraient entraĂ®ner des escroqueries et du piratage !

Apple a exprimĂ© son opposition vĂ©hĂ©mente Ă  une dĂ©cision du Congrès demandant au gĂ©ant de la technologie basĂ© Ă  Cupertino de s’ouvrir Ă  des magasins d’applications tiers et de fournir aux fabricants de logiciels tiers un accès Ă  ses technologies, compromettant la sĂ©curitĂ© de l’App Store.

TĂ©lĂ©chargements de l’App Store d’Apple pour protĂ©ger les utilisateurs contre les escrocs et protĂ©ger la confidentialitĂ©

Sur son site Web, Apple a dĂ©clarĂ© que sa politique consistant Ă  demander aux utilisateurs de tĂ©lĂ©charger des applications Ă  partir de son App Store les protĂ©gerait des escrocs, des pirates et des cybercriminels, protĂ©gerait leur vie privĂ©e et offrirait un Ă©cosystème commercial viable aux dĂ©veloppeurs accrĂ©ditĂ©s. Tous ces avantages disparaĂ®traient si la lĂ©gislation parvenait Ă  autoriser les utilisateurs Ă  tĂ©lĂ©charger des applications sur des iPhones Ă  partir de magasins d’applications tiers dangereux ou Ă  tĂ©lĂ©charger des applications Ă  partir de sites Web ou d’ordinateurs douteux, selon un rapport de Fortune.

Le comitĂ© judiciaire de la Chambre des États-Unis a ouvert mercredi des discussions sur les projets de loi anti-trust, y compris la lĂ©gislation rĂ©digĂ©e par le prĂ©sident du sous-comitĂ© anti-trust de la Chambre et reprĂ©sentant dĂ©mocrate du Rhode Island, David Cicilline. Il pousse Ă  ce qu’Apple intègre des magasins d’applications tiers dans son iOS, a dĂ©clarĂ© Bloomberg dans son rapport. Cicilline a soulignĂ© dans son projet de loi qu’il serait “illĂ©gal” pour des personnes physiques ou morales, telles qu’Apple, d’empĂŞcher un utilisateur d’accĂ©der ou d’interopĂ©rer sur le matĂ©riel, les logiciels, le système d’exploitation ou la plate-forme qu’il propose dans le cadre de ses offres de produits et gammes de Entreprise.

Lire aussi : Apple ‘Sherlocking’ mis en Ă©vidence dans Antitrust Probe-Google Ă©galement interrogĂ© sur le ‘Firewall’

Dans une lettre aux lĂ©gislateurs amĂ©ricains, Apple a dĂ©clarĂ© qu’il craignait que de telles propositions ne compromettent la vie privĂ©e des consommateurs, la sĂ©curitĂ© des appareils et l’innovation. Le fabricant d’iPhone a ensuite exhortĂ© le comitĂ© de la justice de la Chambre Ă  dĂ©sapprouver le projet de loi dans sa forme actuelle, car il dialoguerait avec les lĂ©gislateurs sur la question.

Selon Apple, permettre aux utilisateurs de charger de manière latĂ©rale dĂ©grade la sĂ©curitĂ© de la plate-forme iOS, mettant en pĂ©ril la vie privĂ©e des utilisateurs Ă  la fois sur les magasins d’applications tiers et sur l’App Store, a dĂ©clarĂ© un article sur Mint.

Avec l’immense quantitĂ© de donnĂ©es personnelles sensibles d’une base massive d’utilisateurs d’iPhone, telles que les donnĂ©es de localisation, les photos, la santĂ© et les informations financières, le chargement parallèle entraĂ®nerait de nouveaux investissements pour que les cybercriminels lancent des attaques sur la plate-forme, ce qui, selon lui, incite les escrocs et les pirates. Ă  une Ă©chelle sans prĂ©cĂ©dent.

SĂ©curitĂ© de l’App Store d’Apple : chargement latĂ©ral pour supprimer les fonctionnalitĂ©s de confidentialitĂ©

Le chargement latĂ©ral et le tĂ©lĂ©chargement Ă  partir de magasins d’applications tiers, a ajoutĂ© Apple, gâcheraient des annĂ©es de dĂ©veloppement de fonctionnalitĂ©s de confidentialitĂ© dans iOS, entravant la croissance de l’Ă©conomie des applications, ce qui nuirait alors Ă  la fois aux utilisateurs et aux dĂ©veloppeurs.

Le projet de loi de Cicilline, s’il Ă©tait adoptĂ©, obligerait Ă©galement Apple Ă  partager davantage de ses technologies clĂ©s avec des tiers, a ajoutĂ© Bloomberg. Bien qu’Apple ouvre l’accès Ă  ses technologies via des interfaces de programmation d’applications pour amĂ©liorer la convivialitĂ© de l’iPhone, autoriser un accès plus large compromettrait la sĂ©curitĂ© des donnĂ©es personnelles importantes telles que les informations de santĂ© et financières.

Bien que cette lĂ©gislation puisse ne pas ĂŞtre adoptĂ©e par le comitĂ© de la justice de la Chambre dans sa forme actuelle, les principales dispositions de ce projet de loi montrent que les politiciens ciblent dĂ©sormais les gĂ©ants de la technologie et leur domination sur le marchĂ© pour vĂ©rifier l’application des lois antitrust. Cependant, l’aspect pratique et l’intĂ©rĂŞt des utilisateurs et des dĂ©veloppeurs devraient tempĂ©rer la scène et offrir une approche plus rĂ©aliste.

Article connexe : Apple inclut le risque antitrust dans la dĂ©claration de procuration de l’entreprise